4 alternatives françaises à Google Analytics

Jason Pagnier

En juillet 2023, Google Analytics 3 tirera sa révérence. En remplacement, une quatrième mouture plus respectueuse des données personnelles des internautes. Si la version 4.0 de Google Analytics promet plus de fonctionnalités ainsi qu’une simplification de la collecte des résultats, le service d’analyse d’audience n’en reste pas moins dans le viseur des autorités européennes. En effet, alors que la fin des cookies tiers sur Google a été repoussée à 2024, l’Europe continue de charger le géant de la Silicon Valley.

Dernièrement condamné à verser plus de 25 milliards de dollars à l’Europe pour pratique abusive, Google fait face, pour la première fois de son existence, à de sérieuses difficultés. Tant en termes d’image qu’en termes de réputation, le mastodonte du web a perdu beaucoup de crédibilité aux yeux des consommateurs. Par conséquent, c’est l’occasion parfaite pour ses concurrents de faire la différence. Toujours très loin devant sur le marché des moteurs de recherche (plus de 90 % des internautes utilisent Google), la société de Sundar Pichai perd du terrain sur le marché de l’analyse des données. Matomo, AT Internet Analytics, Eulerian, Plausible : qui sont les nouveaux adversaires et les alternatives françaises à Google Analytics ? On le découvre dans cet article à travers 4 profils qui, on l’espère, vous permettront de trouver votre bonheur.   

Matomo : le petit français qui gagne du terrain 

En 2021, selon les données fournies par w3techs.com, Matomo détenait 1,5 % des parts de marché sur le secteur des outils d’analyse web. Très loin derrière Google Analytics, le logiciel français lancé en 2007 sous le nom de Piwik n’en demeure pas moins, l’une des alternatives les plus appréciées par les utilisateurs. Vivement recommandée par la CNIL dans ses rapports, Matomo se décrit comme un outil d’analyse respectueux des données et de la vie privée. Sur son site Internet, l’entreprise se positionne également clairement comme l’alternative à Google Analytics.

Simple d’utilisation, Matomo dispose des mêmes fonctionnalités que son grand concurrent. Ainsi, les utilisateurs peuvent retrouver des analyses journalières, le suivi du trafic en temps réel, le temps moyen de visite ou encore des graphiques statistiques très utiles pour les sites de commerce en ligne. Là où Matomo se distingue, c’est qu’il offre à ses utilisateurs premiums, des analyses vidéos de leurs statistiques. Matomo génère également des cartes thermiques visant à montrer comment les internautes interagissent avec votre page. Disponible en version gratuite et en version payante avec plus de fonctionnalités, Matomo se différencie aussi de par ses abonnements payants. Pour cause, ceux-ci varient en fonction du nombre de visites mensuelles reçues par le site web. Grâce à cette grille tarifaire évolutive, Matomo offre aux petits sites web et aux petits commerces; la possibilité d’utiliser un outil performant sans débourser chaque mois, des sommes astronomiques.

Pour prendre un exemple concret, un site web qui reçoit 50.000 visites / mois devra débourser 23 dollars. Par contre, un site plus performant qui reçoit un trafic mensuel d’environ 1 million verra quant à lui son abonnement facturé à 189 dollars. Revendiquant plus d’un million d’utilisateurs répartis dans 190 pays, Matomo est disponible en plus de 50 langues. Parmi ses utilisateurs les plus célèbres, on peut citer la Nasa, Amnesty International ou encore, La Commission européenne… 

Analytics Suite / XiTi : la force de l’expérience 

Tout comme Matomo, Analytics Suite est français et il est lui aussi, recommandé et validé par la CNIL. Lancé en 2015 par l’entreprise française AT Internet, Analytics Suite se positionne comme une solution démocratique de mesure d’audience sur le web. Une fois encore, tous les indicateurs essentiels sont présents sur l’interface (géolocalisation, source du trafic,…).

Pionnier en la matière, AT Internet a lancé son activité sur ce secteur en l’an 2000 avec XiTi.  Système gratuit ou à très faible coût XiTi permettait déjà de récolter les données essentielles. Fort de cette avance stratégique, AT Internet a su s’adapter rapidement à la mutation du marché.

Disponible à partir de 355 euros par mois, l’outil Analytics Suite se distingue de Google Analytics de par le fait qu’il soit exempté par la CNIL de demander la permission de l’internaute avant de déposer un cookie. La raison : l’entreprise a rempli en 2018, une charte de conformité concernant le stockage et le traitement des données privées. De plus, et bien qu’il soit conforme au RGPD, l’outil Analytics Suite propose quand même une clause de retrait.

Dernier point important, malgré le déploiement du logiciel AS, AT Internet continue de proposer le service XiTi Free. Objectif : proposer une solution à destination des blogueurs et des petits sites Internet

Eulerian : Boîte à outils indépendante 

Entreprise française, Eulerian se définit comme indépendante, agnostique et digne de confiance. C’est en ce sens qu’elle entend se différencier avec Google Analytics. Fondée en 2002, la société propose bien évidemment des informations sur la nature des clics ainsi que sur le parcours en ligne des utilisateurs. L’un de ses autres atouts réside dans le fait qu’elle suggère à ses utilisateurs des recommandations et des actions à mettre en place afin d’optimiser leurs performances.

Outre l’aspect statistique, Eulerian est donc une boîte à outils géante. Une plateforme hybride disponible aussi bien en version gratuite que payante. Du côté du RGPD, Eulerian est conforme aux critères imposés par la CNIL. Mieux encore, l’entièreté des données collectées est stockée sur un Cloud français qui se veut 100 % sécurisé. Fonctionnant sans publicité afin de conserver son indépendance, Eulerian se considère comme un logiciel plus que comme un vendeur d’espace et d’informations. Parmi ces clients les plus connus, on peut citer la FNAC, La Redoute ou encore Darty. 

Plausible : la solution qui va à l’essentiel 

Si vous disposez d’un tout petit business, les trois alternatives précédemment évoquées  seront peut-être trop lourdes et complexes pour vous. Si c’est le cas, ne fuyez pas. Notre dernier exemple s’adresse directement à ceux qui, avec peu de moyens, veulent accéder à l’essentiel.

Premièrement, le prix de l’abonnement Plausible varie en fonction du nombre de pages vues mensuellement. Ainsi 10.000 pages vues vous coûteront 6 euros par mois tandis qu’un business avoisinant le million de vues sera facturé au prix de 50 euros par mois.

Très accessible, Plausible s’en tient à l’essentiel. C’est ce qui fait sa force. Ici, le tableau de bord vous permettra de récolter moins d’informations que chez la concurrence. Néanmoins, si n’avez pas besoin d’aller trop loin dans votre analyse statistique, alors vous trouverez tout ce qu’il vous faut. Taux de rebond, durée moyenne des visites, système d’exploitation, source du trafic, tout est là. De plus, bonne nouvelle, ces données sont récoltées sans avoir besoin de faire appel aux cookies tiers. De ce fait, Plausible est donc RGPD friendly et ça, ça fait toujours plaisir à la CNIL

Conclusion 

Vous l’aurez compris, Google Analytics n’est pas une fatalité ! Si vous cherchez un peu, il y a forcément une alternative qui correspondra à vos besoins. Souvent pointée du doigt pour avoir pris du retard sur la Chine et les Etats-Unis, la tech française n’en reste pas moins pleine de ressources. Preuve en est, les quatre solutions présentées ci-dessus vous permettent de respecter la vie privée de vos utilisateurs. Si vous n’aviez pas encore migré vos données sur Google Analytics 4 ou si vous attendiez simplement qu’une alternative tombe du ciel, voilà de quoi répondre à vos besoins. Petit bonus, il est possible avec chacune des alternatives précédemment mentionnées d’importer les données collectées antérieurement sur Google Analytics … N’hésitez plus ! 

Jason Pagnier

Titulaire d'un master en journalisme, je suis à la recherche de nouveaux défis dans les domaines, du web, de la presse et de la communication (rédaction, Community management, ...). Passionné par l'industrie musicale, un job en label/maison de disques/start-up musicale serait pour moi l'eldorado.

Laisser un commentaire