Top

Interview métier : Chef de projet SEO & Audit Sémantique

99 Digital / Business  / Interview métier : Chef de projet SEO & Audit Sémantique

Interview métier : Chef de projet SEO & Audit Sémantique

Entre les termes techniques confinant parfois au langage hermétique et les outils spécifiques liés aux technologies du webmarketing, la compréhension n’est pas toujours simple pour le néophyte. Océane, cheffe de projet SEO, nous éclaire sur son quotidien au sein de l’agence 99 Digital.

 

Bonjour Océane, peux-tu nous dire quelles sont tes fonctions au sein de 99 Digital ?

 

Je suis cheffe de projet SEO spécialisée dans la sémantique. 

Je réalise des audits sémantiques et me base sur ces audits pour définir ensuite une stratégie de contenu et en assurer le suivi auprès de nos clients, y compris dans le cadre du pilotage des missions de rédaction qui en découlent. 

Sur certains projets, je suis également l’interlocutrice principale, je coordonne les différents intervenants et je peux également intervenir sur les audits techniques. 

 

Peux-tu nous préciser en quoi consiste un audit sémantique ?

 

Chacun des trois piliers du SEO a son audit, dans le cadre du contenu il s’agit de réaliser un audit sémantique. 

Dans les faits, le but est d’analyser la sémantique du site, de cartographier l’existant, de le confronter à la sémantique des concurrents du marché et de découvrir ainsi des opportunités pour le client de se positionner sur des mots clés à potentiel. 

Le fait de travailler ces nouveaux mots clefs permettra ensuite d’aller chercher augmentation du trafic et augmentation du chiffre d’affaires selon la nature des mots (informationnels ou transactionnels) et les objectifs fixés en amont.

 

Comment se déterminent les objectifs ?

 

Cela se fait en amont avec le client lors de l’évaluation du potentiel et la qualification des besoins du client. 

Chez 99 Digital, on a à cœur de partir d’une vision très business et d’arriver rapidement à concentrer nos efforts sur les mots qui représente un mix volume et conversion susceptible de dégager le meilleur ROI possible pour le client. Le but n’est pas de multiplier le nombre de pages pour faire abonder le trafic et se contenter de belles courbes nous visons généralement les top positions sur des mots clefs concurrentiels à fort taux de conversion pour les clients. 

 

Tu peux nous donner un exemple ?

Si on a un mot clé extrêmement recherché qui n’est pas assez transactionnel pour notre client, il aura, certes, plus de visites sur son site mais sans que cela se traduise par une augmentation aussi forte des ventes et de son chiffre d’affaire. C’est donc pour cela que nous ciblons en priorité des mots clés véritablement transactionnels, en particulier ceux qui ont démontré en référencement payant livrer les plus hauts taux de conversion pour maximiser le retour sur investissement du client.

Par contre, pour acquérir aux yeux de Google une légitimité sur ces mots clés hyper stratégiques, cela passe, outre la technique et la popularité (linking), également par le fait de travailler un univers sémantique riche et connexe à ces mots qui comprendra par moment des rédactions autour de termes moins stratégiques ou transactionnels mais qui pousseront les pages principales des mots clés stratégiques.

Quelles sont les différentes étapes d’un Audit Sémantique ?

 

Un audit sémantique peut prendre de 2 à 3 jours à réaliser.

D’abord, on va aller dénicher les concurrents SEO de nos clients. Avec cette précision importante ; un concurrent SEO n’est pas forcément un concurrent business direct. On peut trouver des blogs ou des sites institutionnels par exemple qui sont en concurrence d’un point de vue SEO sur la capacité à ranker (visibilité), mais qui ne sont pas concurrents sur le côté purement transactionnel/commercial de notre client.

Ensuite, on part à la recherche des mots clés en construisant une base de données entre 10 000 et 50 000 mots clés. C’est ce qu’on appelle le marché. Selon les niches, le marché peut être plus ou moins lourd. Il peut nous arriver de monter jusqu’à 200 000 mots clés (cela dépend vraiment du profil du client et des thématiques/gammes de produits abordées sur son site). On poursuit par un tri, on enlève les déchets comme les noms de marque ou les volumes de recherche trop vagues.

 

Puis on passe à la catégorisation. Et on organise les mots clés pour les faire entrer dans un tableau croisé dynamique ou l’on croise les différentes informations ; volume de recherche, intention de l’internaute (information, achat…), position actuelle de notre client et objectif du client.

Il faut savoir que tout ce travail sur les mots clés peut être très chronophage. S’il existe des outils basés sur le « machine learning » pour essayer de gagner du temps, cela manque encore de fiabilité et c’est la raison pour laquelle nous faisons encore l’essentiel de ce travail de façon manuelle pour ne pas passer à côté d’opportunités et apporter une appreciation humaine que les machines n’ont pas (encore ?) intégré.

De cette façon, on va définir les pages à optimiser ou à créer ainsi que la sémantique du site. 

 

Faites-vous également des audits techniques ou de popularité chez 99 digital ?

 

Oui. Même si ce n’est pas moi qui m’en occupe. L’audit de popularité va ainsi consister à étudier le linking du site, c’est-à-dire à analyser tous les liens provenant des sites tiers vers le site dont nous faisons l’analySEO. On va donc notamment vérifier s’il n’y a pas de spams, si les liens proviennent de sites fiables, aux contenus cohérents et qualitatifs, de sites dans notre thématique, etc… 

Au-delà du linking externe, on peut également le compléter avec un audit du maillage interne du site pour voir la manière dont le « jus » est distribué et identifier des possibilités d’amélioration.

L’audit technique, c’est la santé du site. On vérifie l’indexation, on s’assure que le site est facilement « crawlable », que le budget crawl n’est pas gâché, on vérifie le bon emploi des bonnes balises, le temps de chargement (sur les différent device, notamment mobile), le sitemap, toute la partie structurelle du site, on chasse les erreur 5xx, 4xx …

Si on faisait l’analogie avec un livre, on dirait que l’audit technique s’attaque à la structure du livre, la qualité du papier, le collage, le cartonnage de la couverture… L’audit sémantique s’attache au contenu du livre et l’audit netlinking s’intéresse à la notoriété, la réputation du livre, via les critiques par exemple.

Dernière question. Vous assurez un suivi sémantique permanent de tous vos clients ?

 

Encore une fois, cela dépend des objectifs et des demandes du client. 

Certains clients souhaitent un regard extérieur en « one-shot », c’est-à-dire qu’on leur fait l’audit et qu’ils partent ensuite de nos recommandations pour optimiser leur site par eux même ; 

La majorité des clients s’inscrivent dans une relation longue durée, à qui l’on propose un accompagnement mensuel sur mesure. Et là, tous les mois, on va aller vérifier les positions des concurrents, leurs progressions éventuelles, mais aussi les modifications des algorithmes des moteurs de recherche et on va adapter notre réponse en fonction de ces différents éléments, de façon à ce que notre client conserve ou améliore sans cesse son positionnement. C’est un partenariat sur le long terme.

Share
No Comments

Post a Comment